La Pierre Saint Martin (FR)

Territoire : La Pierre Saint Martin
Massif : Pyrénées
Label attribué : le 23 janvier 2017

Présentation

La Pierre Saint Martin

La Pierre Saint Martin, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques sur la commune d’Arette, fait partie du regroupement de stations N’PY. C’est une station d’avenir qui se distingue par ces actions engagées depuis plusieurs années et ce sur l’ensemble des thématiques du développement durable.

Les volontés et actions du territoire permettent à La Pierre Saint Martin de valider l’ensemble des 31 critères essentiels du label.

Une démarche environnementale

Entretien avec Jacques, Responsable Qualité Sécurité Environnement Energie

Jacques, La station de la Pierre Saint Martin a récemment obtenu la labellisation Flocon Vert pour sa démarche de développement durable, pouvez-vous nous donner un aperçu des actions de maitrise des impacts environnementaux générés par l’exploitation de la station? 

La mise en place d’une démarche environnementale a permis à l’EPSA (Etablissement Public des Stations d’Altitude : opérateur des domaines skiables de Gourette, de La Pierre Saint Martin et du Train touristique de la Rhune) d’identifier l’ensemble de ses activités ayant un impact sur le milieu naturel. Tous les impacts potentiels liés à la gestion du domaine skiable ont été évalués ; consommations électriques, de carburant ou d’eau, la production de déchets ou les risques de pollutions des sols, sonores, visuelles ou atmosphériques… Cette démarche engagée depuis 2005, a permis d’identifier les impacts les plus significatifs afin de définir les actions à conduire de façon prioritaire.

Si les mises en conformité des installations de stockage de carburants, le tri de l’ensemble des déchets générés, le suivi des consommations des véhicules ou la prise en compte de l’environnement dans le quotidien de chaque collaborateur sont aujourd’hui acquis et semblent évidents ce n’était pas le cas à l’origine de la démarche. Cette démarche volontaire de l’EPSA, conforme aux exigences de la norme ISO14001, est aussi contrôlée et certifiée chaque année depuis 2007 par un organisme indépendant.

Si l’on prend l’exemple du transport d’un skieur sur une remontée mécanique tout un panel d’actions sont menées pour limiter l’impact environnemental de son trajet. Toute construction de remontée mécanique est soumise à autorisations administratives avec analyses environnementales pour prendre en compte les zones de protection floristiques et faunistiques. Sur La Pierre Saint Martin le chantier récent qui a conduit à restructurer 40% du domaine skiable a fait l’objet d’un suivi environnemental spécifique : intégration paysagère des gares d’arrivée et de départ, mise en défens de zones herbeuses, sensibilisation et formation de tous les intervenants (plus de 100 personnes), héliportages en tenant compte des zones de reproduction des lagopèdes et coqs de bruyère, revégétalisation de certaines zones, sont quelques-unes des actions menées.

 

Enneigement et l’entretien des pistes

Entretien avec Jacques, Responsable Qualité Sécurité Environnement Energie

Des actions sont aussi menées pour l’enneigement et l’entretien des pistes. L’ensemble des collaborateurs du domaine skiable sont sensibilisés sur les conduites à tenir afin de limiter l’incidence de leur activité sur l’environnement : réagir en cas de déversement accidentel d’hydrocarbures par l’utilisation d’absorbants, gérer les déchets générés par les clients ou réduire la vitesse des remontées mécaniques en cas de faible affluence.

Les pistes enneigées naturellement ou par enneigeurs sont nécessairement modelées par des engins de damage faisant également l’objet d’un suivi. Afin de réduire les impacts environnementaux de cette phase de préparation des pistes l’EPSA agit sur plusieurs leviers : un renouvellement régulier des engins de damage, la formation des chauffeurs à l’écoconduite, la mise en place d’un suivi GPS des engins afin d’optimiser les circulations et les plans de damage.

C’est pour encore mieux gérer ses consommations énergétiques que l’EPSA a d’ailleurs souhaité engager une démarche avec d’autres stations du groupement N’PY.

Chaque usage énergétique de l’entreprise : remontées mécaniques, usine à neige, parc roulant damage, bâtiments sont pris en compte et évalués afin de trouver les solutions d’optimisation des consommations. Des résultats sont déjà mesurables sur La Pierre Saint Martin :

  • avec une diminution de près de 5% de la quantité d’énergie nécessaire à la production d’1 m3 de neige
  • plus de 20% sur la consommation des bâtiments gérés par l’EPSA.

Aussi, en 2016, cette démarche a conduit l’EPSA à l’obtention d’une certification ISO 50001 pour le management de ses énergies.

Faciliter l'accès à la station pour agir sur le climat

Entretien avec Jacques, Responsable Qualité Sécurité Environnement Energie

Une vision responsable de l’exploitation du domaine permet d’agir contre les effets négatifs des aménagements sur la biodiversité et optimiser ses consommations d’énergie. Toutefois l’impact sur le réchauffement climatique d’un séjour au ski (émission de CO2) reste principalement lié à l’acheminement des pratiquants et vacanciers vers la station. Sur cet impact vous n’avez pas complètement la main. Néanmoins que pouvez-vous faire pour en maitriser une partie ?

L’acheminement vers la station constitue la source principale d’émissions de CO2 lors d’un séjour au ski. L’EPSA a participé activement à la mise en place de plusieurs actions pour faciliter l’accès à La Pierre Saint Martin.

Depuis plusieurs années une action « SKIBUS » permet de rejoindre en transport collectif la station. Cette action a également été étendue vers une zone plus éloignée avec une ligne mise en place chaque dimanche au départ de St Sébastien (Espagne) – Irun – Bayonne pour un terminus à La Pierre Saint Martin vers 10h. Un tarif incitatif est appliqué avec au maximum 44€ ski+bus au départ de St Sébastien. La fréquentation de ces lignes reste toutefois encore limitée (avec environ 1% de la fréquentation de la saison). Mais la tendance est positive et l’EPSA veut soutenir cette action de long terme. De 800 personnes transportées au lancement en 2007, nous sommes passés à 4400 personnes transportées en 2015.

Un bus plein c’est 2 fois moins d’émission de C02 par personne qu’une voiture avec deux passagers.

Essayer de limiter les émissions pendant la phase de transport est aussi une action menée en interne avec la mise en place d’une navette dédiée aux salariés l’EPSA. Celle-ci relie le village de fond de vallée à la station. C’est avec des actions de ce type que l’on pourra agir et favoriser le changement d’attitude. Mais il en va aussi de la responsabilité de l’usager qui a maintenant le choix d’utiliser les transports en commun pour limiter ses émissions de CO2.